Scandales, rumeurs, perte de popularité, le Premier ministre Shinzô Abe a pris la décision de remanier son gouvernement afin de restaurer une confiance piétinée depuis quelques mois.

Bien que des parties cruciales en matière de sécurité, diplomatie et économie se jouent actuellement sur la scène internationale, regagner la confiance du peuple japonais est capital pour le Premier ministre Shinzô Abe.

Itsunori Onodera (57 ans), Chargé de la Défense. Il succède à Tomomi Inada, forcée de démissionner après une affaire de camouflage de documents militaires.

Taro Kono (54 ans), Chargé aux Affaires étrangères. Il succède à Fumio Kishida.

Ces deux nouveaux arrivants vont prendre en mains des dossiers extrêmement sensibles, à savoir les tensions avec la Corée du Nord, les discussions avec la Chine, les États-Unis et la Corée du Sud.

Le ministre des Finances et vice-Premier ministre Tarô Asô (76 ans) et le porte-parole Yoshihide Suga (68 ans) conservent leurs fonctions. Ils sont proche du Premier ministre et au pouvoir depuis fin 2012.

Hiroshige Sekô (54 ans), le ministre du Commerce et de l’Industrie, est aussi reconduit.

Toshimitsu Motegi (61 ans), ministre de l’Économie sera chargé de mettre en application les suites des abenomics.

Le chef du gouvernement avait fait depuis près de cinq ans la promotion de la gent féminine un des slogans de sa politique. La nouvelle équipe ne comprend pourtant que deux femmes sur les 19 membres, Seiko Noda aux Affaires intérieures et Yoko Kawakami à la Justice.