Dans la revue de presse de ce lundi 13 mai 2019, nous aborderons : le retrait du Japon de la liste des pays ne respectant pas la convention de La Haye concernant les enlèvements d’enfants, le bilan du sommet de l’agriculture de Niigata et enfin les mesures prises pour éviter une pénurie d’eau pendant les JO. 

Le Japon retiré de la liste des pays ne respectant pas la convention de La Haye

Le ministère des Affaires étrangères américain a décidé de retirer le Japon de la liste des pays qui ne respectent pas la convention de La Haye. Ce texte porte sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale, et statue notamment sur les enlèvements d’enfants. En 2014, le Japon avait adhéré à la convention de La Haye, soit près de 20 ans après l’ouverture à la signature de celle-ci. Malgré cette adhésion, le Japon avait été inscrit sur une sorte de « liste rouge » en 2018, en raison des nombreuses affaires d’enlèvements d’enfants par un parents japonais.
Cette décision intervient alors que la Chambre des conseillers du Japon a adopté vendredi dernier un projet de loi visant à réviser la léglisation entourant les transferts d’enfants entre parents divorcés. Les États-Unis n’en restent pas moins vigilants et « très préoccupés » par la situation des enlèvements d’enfants au Japon, tandis que cette décision n’a pas fait l’unanimité au sein des représentants du gouvernement.

Rencontre au sommet entre ministres de l’Agriculture

Samedi, une rencontre était organisée dans le cadre du G20 entre les ministres de l’Agriculture des différents pays participants dans la ville de Niigita, située dans la région de Chûbu au centre du Japon. Cette dernière à permis à Takamori Yoshikawa, le ministre de l’Agriculture japonais, de discuter avec ses homologues à propos des accords conclus entre son pays et ses alliés. Il a pu rencontrer à cette occasion le ministre de l’Agriculture français, Didier Guillaume, et discuter de l’accord commercial passé entre le Japon et l’Union Européenne, entré en vigueur très récemment. Guillaume a estimé que, si pour l’instant les exportations vers le Japon allaient bon train, notamment concernant le vin, certains produits peinaient à être exportés rapidement et en grande quantité, comme le fromage par exemple. Il faudrait, selon le ministre français, « aller plus vite ».

Tôkyô veut éviter une pénurie d’eau pendant les Jeux Olympiques 

Alors que Tôkyô a estimé que près de 10 millions de touristes seront attendus lors de la tenue des Jeux Olympiques, la ville réfléchit aux problématiques liées à la consommation d’eau. En effet, lors des JO de 1964, la capitale Japonaise avait fait face à des précipitations très basses. De ce fait, les habitants avaient subi des restrictions de consommation d’eau. Bien que depuis, la ville s’est mise à stocker six fois plus d’eau, elle préfère s’attendre au pire scénario afin d’avoir des solutions concrètes. Il est donc prévu que la ville pourra s’approvisionner en eau dans les 7 départements qui l’entourent. « Nous prendrons toutes les mesures possibles pour assurer le succès des Jeux Olympiques sans affecter la vie quotidienne des résidents locaux », a déclaré un responsable du ministère du Territoire, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme.