La structure de l’entreprise japonaise, et la société japonaise dans son ensemble, sont souvent vues par les Français comme ultra-hiérarchisées et extrêmement sévères. Mais qu’en est-il exactement ? Pour une chose, cette hiérarchie n’est pas la même que celle qui prévaut en France. Sa forme et son fonctionnement se conforment avant tout à la verticalité de la société japonaise. Pour une autre, l’organisation de l’entreprise japonaise, comme celle de l’entreprise française, présente des rigidités mais aussi des tolérances.

AZRA-8-icone-ueShitaLes livres d’Amélie Nothomb et la presse magazine ont popularisé l’idée d’un système d’entreprise japonais tyrannique et cruel. Pourtant, sauf exception, le fonctionnement hiérarchique japonais est plus souvent basé sur la suggestion et la décision concertée que l’autorité directe et la décision d’un seul homme, comme c’est souvent le cas en France. On sait aussi que l’entreprise japonaise exige de ses employés un renoncement que les Français n’accepteraient pas (absence de vacances, heures supplémentaires non payées…), mais paradoxalement, la France n’est pas en reste en termes de détresse liée au travail. Mon lecteur comprendra que je ne prétends pas ici que l’entreprise japonaise est idéale, mais simplement que sa hiérarchie apparemment rigide est en fait la forme ordinaire d’un système où l’usage de l’autorité n’est pas majoritaire.

Dans une société horizontale comme la France, les membres d’un groupe donné peuvent être hiérarchiquement égaux, quel que soit leur âge, leur ancienneté ou leur qualification. Pensons par exemple à une fratrie, aux participants à une réunion ou encore à un groupe d’étudiants en sortie. Même s’il y a des exceptions culturelles ou régionales, cette égalité est la norme dans nombre de circonstances. Au Japon au contraire, l’organisation sous forme de colonnes* fait que tout individu se positionne nécessairement au-dessus (ue) ou au-dessous (shita) de son prochain. Même une sortie d’étudiants s’organise naturellement en fonction de l’âge de ses membres. Dans un groupe de travail, chacun sait toujours clairement qui est au-dessus ou au-dessous.

AZRA-8-UeShitaDans l’entreprise française, il existe une pyramide hiérarchique au sommet de laquelle se trouve la direction, puis les différents échelons décisionnels. Néanmoins, à chaque échelon, plusieurs individus sont hiérarchiquement égaux et peuvent travailler en formant une équipe de pairs. Ainsi un chef de projet peut-il diriger des personnes d’âges, de fonctions et de compétences différentes, et ces personnes ne seront pas hiérarchisées les unes par rapport aux autres. Toutes subordonnées à leur chef, elles pourront (et devront) travailler directement ensemble et s’échanger des informations. Au Japon, on est en pratique jamais dans une telle situation. Chacun est entouré de supérieur direct ou de collaborateurs de position moindre, jamais d’égaux au sens strict.

En France, l’employé possède un pouvoir de décision personnel. Ainsi, l’ouvrier pourra décider unilatéralement de changer une pièce, le cadre pourra prendre la responsabilité d’un nouveau projet sans en discuter préalablement avec sa direction ni ses subordonnés. Ce pouvoir s’accompagne chez les supérieurs de la possibilité de donner des ordres directs et catégoriques. Au Japon au contraire, l’information et les instructions descendent la chaîne hiérarchique, puis, par un système complexe de réunions et de consultations internes, remontent jusqu’aux niveaux supérieurs, avant de redescendre sous forme de projet. Un supérieur qui utilise l’autorité pour imposer un plan se trouve en fait, pour ses collègues, en situation d’échec.

* Voir No5 : Qu’est-ce que le fameux «esprit de groupe»?

Pour en savoir plus : Jean-Luc Azra (2011) «Les Japonais sont-ils différents?» (Éditions Connaissances et Savoirs)

close

Tous les jours gratuitement votre concentré de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. Synthétisé grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

3 Commentaires

  1. Jean Luc, vous avez une vision un peu trop influencé par la lecture des intellectuels japonais qui veulent à tout prix opposer société japonaise et société occidentale.
    La société française n’a pas une structure horizontale, sa structure a beaucoup été influencé par la structure de l’église catholique dont la hiérarchie est plus ou moins verticale, l’Etat laïque post révolutionnaire a calqué sa structure sur le clergé, c’est d’ailleurs bien pour ça qu’ils sont entré en concurrence et que l’Etat en France est devenu si anticlérical.
    Si vous voulez l’exemple d’une société horizontale regardez plutôt les sociétés musulmanes, il n’y a pratiquement aucune hiérarchie, chaque chef religieux ne depend que de lui même et se confond avec le chef du groupe social. De la vient la difficulté des relations avec le monde musulman, il n’y a aucun interlocuteur parlant au nom de tous.
    La société française n’est pas horizontale, ni strictement verticale comme peut l’être une société militaire dont se rapproche l’organisation de l’entreprise japonaise.
    Car de la structure militaire, l’entreprise japonaise en a aussi la lenteur et l’inertie des prises de décisions qui constituent un gros problème à l’heure actuelle où la rapidité et la flexibilité sont des avantages.

    • De fait il n’existe aucune société strictement verticale et strictement horizontale. Ainsi l’on retrouve au Japon des liens d’entraide et de fidélité entre ses membres pour un intérêt commun alors que dans une supposé société verticale les liens n’existeraient qu’en tant que soumission et fidélité au seul supérieur hiérarchique, le Japon n’est donc pas une société strictement verticale mais ele est quand même plus verticale que la société française.

  2. Bonjour
    a)comment, dans cette société supposée « groupiste » arrivent à émerger de fortes personnalités?
    ex:le défunt Morita Akio, pdg de sony, président du keidanren et auteur du « iie to ieu nihon »?

    b) les cercles de qualité , dans l’industrie,n’étaient donc pas une prise d’initiatives par les ouvriers?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.