Dans la revue de presse de ce vendredi 27 septembre, nous aborderons : les hommages japonais à l’ancien président Jacques Chirac, puis l’importation de virus au Japon avant l’afflux de touristes pour les JO, et enfin la rencontre peu concluante entre les ministres de Affaires étrangères du Japon et de la Corée du Sud.

Hommage à l’ancien président

Hier, jeudi 26 septembre, s’est éteint l’ancien président Jacques Chirac à l’âge de 86 ans. La plupart des chaînes de télévision nippones ont relayé l’information à travers tout le Japon, et plusieurs journaux ont rendu hommage à l’homme pour lequel le Sankei Shimbun avait écrit : « Aucun Européen n’a une connaissance aussi parfaite du Japon ». En effet, Chirac était connu pour vouer une passion au Pays du Soleil levant, et tout particulièrement pour le sumô. Il avait même donné son nom à une des coupes lors d’un de ses 50 voyages là-bas.

Ebola importé pour les JO

Des souches de 5 virus mortels, dont Ebola, ont été importés au Japon pour la mise au point de trousses de diagnostic avant l’afflux des touristes pour les Jeux olympiques. Les cinq virus n’existaient pas auparavant au Japon et sont classés comme les agents les plus dangereux en vertu de la loi sur le contrôle des maladies infectieuses du pays. Ils ont donc été transportés mercredi et jeudi dans une antenne de l’Institut national des maladies infectieuses de Musashimurayama, dans la banlieue de Tôkyô.

Dialogue peu productif

Hier se sont rencontrés les ministres des Affaires étrangères de la Corée du Sud et du Japon, Kang Kyung-wha et Toshimitsu Motegi. Ils se sont mis d’accord sa la nécessité d’une coopération bilatérale pour traiter les problèmes avec la Corée du Nord, mais n’ont toujours pas réglé leurs querelles concernant le travail forcé pendant la Seconde guerre mondiale ni l’escalade de la « guerre commerciale ». Motegi a déclaré : « Les fondements de notre relation amicale ont été ébranlés ». Et le Japon a aujourd’hui rétrogradé la Corée du Sud dans sa liste de partenaires importants dans la coopération pour la sécurité.