Dans la revue de presse de ce jeudi 26 septembre, nous aborderons : la rencontre russo-japonaise pour parler de paix, la reconnaissance faciale qui commence à l’aéroport du Kansai et l’île japonaise qui déclare l’urgence climatique.

Un pas de plus vers la paix

Le Japonais Toshimitsu Motegi et le Russe Sergey Lavrov, ministres des Affaires étrangères de leur pays respectif, se sont rencontrés mercredi afin d’améliorer les relations entre les deux pays avec l’objectif de la signature d’un traité de paix, en suspens depuis la fin de la Seconde guerre mondiale. Lors de cette rencontre, ils ont notamment prévu des visites prochainement. Lavrov se rendra donc, par exemple, à Nagoya en novembre dans le cadre d’un rencontre des ministres des Affaires étrangères du G20.

Reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale a commencé, pour les étrangers, ce 25 septembre à l’aéroport international du Kansai, dans l’ouest du Japon. Le système n’avait jusque là été utilisé que pour les voyageurs japonais. Les étrangers titulaires d’un visa court séjour qui quitteront le pays par cet aéroport passeront donc par des portiques spéciaux de l’immigration utilisant la reconnaissance faciale. 41 portiques devraient être mis en place pour fluidifier les départs.

Urgence climatique

La ville insulaire d’Iki, dans le département de Nagasaki, est la première du pays à déclarer l’urgence climatique. Elle rejoint ainsi plus de mille municipalités à travers le globe. Pour la ville, les menaces liées au changement climatique sont réelles et c’est après une saison où les phénomènes météorologiques ont été intenses qu’elle a décidé de sauter le pas. La municipalité souhaite également réduire ses émissions de CO2 et appelle ses résidents à participer à l’effort.