L’impact du tatouage dans le monde ne cesse de s’accroitre, alors qu’au Japon une certaine discrimination subsiste encore aujourd’hui.

Un homme tatoué à la fin du XIXe siècle (© S. Ogawa, Photographer, Yokohama)
Un homme tatoué à la fin du XIXe siècle (© S. Ogawa, Photographer, Yokohama)

Le tatouage traditionnel irezumi a la particularité de s’étendre sur pratiquement tout le corps, avec la technique tebori, plus douloureuse, plus longue et plus onéreuse, due à sa réalisation a la main. Seules les zones visibles restent vierges, le visage, le cou, le centre du torse, les mains et les pieds, de façon à ce que les motifs soient cachés sous des vêtements. Contrairement aux tatoueurs qui utilisent le dermographe (machine électrique), cet art à part entière et ancestral se pratique avec des aiguilles fixées sur un bâton. L’artiste débutera son œuvre par les contours, qui se fera en une journée, puis au fur et à mesure des moyens de son client commencera le remplissage. Après plus de 300 heures de souffrance, le tatouage sera finalisé par la signature du tatoueur, lui-même. Le savoir-faire de cet art se transmet du maître à son disciple, demandant plusieurs dizaines d’années de préparation. À la fin de sa formation, l’apprenti recevra son nom de tatoueur par son maître, incluant le mot hori, signifiant graver, à son pseudonyme.

Le tatouage est mal perçu, il est considéré comme un signe distinctif des criminels, le plus souvent l’associé à la mafia japonaise, les yakuza. De plus en plus de japonais optent pour des pièces moins conséquentes, afin de les dissimuler facilement. Certains lieux, comme les bains publics, interdisent l’entrée à des personnes tatouées. Pourtant, une étude aurait démontré que seulement 30% des prisonniers étaient tatoués.

Le procédé des tatoueurs japonais à quelque peu changer, seulement la stérilisation, et/ou le dermographe selon l’artiste, sont concernés. Une fascination pour cet art controversé persiste, son côté mystérieux et historique attirent les plus curieux qui souhaitent en connaître le secret.

Solène Perdriaux

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentRetour de l’Empereur aux Philippines après plus de 50 ans
Article suivantLe Jazz à l’honneur dans ZOOM Japon

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.