Dans la revue de presse de ce vendredi 14 juin, nous aborderons : des manifestants à Tôkyô soutiennent les protestations de Hong Kong contre le projet de loi d’extradition, puis la rupture avec la tradition par la nouvelle génération d’employés qui ne souhaitent plus s’épanouir dans un emploi à vie et enfin les hôtels et les entreprises qui doivent se préparer aux Jeux de Tôkyô.

Les manifestants ont chanté « Hong Kong, accroche-toi »

Une protestation massive a éclaté dimanche à Hong Kong à propos d’un projet de loi présenté par les dirigeants pro-Pékin qui permettrait une extradition vers la Chine continentale. À Tôkyô, des centaines de personnes se sont rassemblées jeudi devant l’édifice du gouvernement de Hong Kong, pour soutenir ceux qui luttent pour faire valoir leur liberté. Les événements ont pris forme sur les réseaux sociaux et pour un manifestant : « Des gens de mon âge versent leur sang en luttant contre la police pour leur liberté. Ce que nous pouvons faire ici au Japon, c’est leur montrer qu’ils ne sont pas seuls ».

Nouvelle génération d’employés, nouveau mode de vie

En rupture avec la tradition japonaise de l’emploi à vie, un tiers des diplômés envisagent de changer d’emploi dans les 5 ans à venir. Les jeunes pensent désormais aux possibilités d’emploi de manière flexible. Le premier emploi n’est qu’une étape dans leur carrière, ils veulent décider comment utiliser leurs connaissances et leur expérience. L’enquête a été menée en ligne auprès de 800 personnes âgées de 22 et 23 ans qui ont commencé à occuper un nouvel emploi en avril, après avoir obtenu leur diplôme.

Préparations aux Jeux Olympiques et Paralympiques de 2020

Le Japon ne semble pas encore prêt pour les JO. En effet, les chambres d’hôtel accessibles aux fauteuils roulants restent un problème à l’approche des Jeux de 2020, qui sont l’occasion de rendre le pays plus inclusif. Aussi, la moitié des entreprises de Tôkyô ne sont pas préparées à la congestion du trafic lors de l’évènement. Le comité des JO prévoit des mouvements deux fois plus importants sur les autoroutes, si rien n’est fait pour les réduire. Il encourage les entreprises à faire travailler leurs employés à domicile ou à échelonner les heures d’ouvertures des bureaux, mais aussi à modifier les délais et les itinéraires de livraison des marchandises.