Ce samedi 25 novembre à la U Arena, le match entre le XV de France et celui du Japon s’est terminé sur le score de 23 partout.

Les Japonais ont ouvert le score dès la 5e minute grâce à une pénalité de Tamura. À la 24e, c’est le talonneur Horie qui aplatit en bout de ligne suite à une belle passe volleyée. Les Brave Blossoms mènent alors 3 à 8.

Malgré plusieurs occasions qui échouent tout près de la l’en-but, il faudra attendre la toute fin de la 1ère mi-temps pour voir un essai français. Après une touche dans les 22 mètres nippons et plusieurs bons relais, Serin éjecte rapidement et c’est le pilier Slimani qui marque en force. La France rentre donc au vestiaire en menant 13-8 après la transformation.

Dès le retour sur le terrain, le Japonais font parler leur vitesse. Gros travail de Himeno dans les 22 français puis le ballon arrive dans les mains de Lafaele qui résiste aux défenseurs et inscrit le 2e essais de son équipe. Grâce à la transformation, le Japon reprend la tête, 13-15.

Le chassé croisé continue à la 50e minute avec un essai de Lacroix. L’ailier récupère une belle passe au pied de Trinh-Duc et et n’a plus qu’à aplatir en se rapprochant des poteaux. L’ouvreur transforme et donne 5 points d’avance au XV de France, 20-15.

À la 61e, ce même Lacroix écope d’un carton jaune pour un plaquage dangereux. Durant ses 10 minutes d’exclusion, Japonais et Français marqueront chacun une pénalité amenant les score à 23-18.

Enfin, le pilier remplaçant Valu apporte sa pierre à l’édifice en marquant à la 72e minute après une mêlée et une attaque qui a mis les Français sur le reculoir. Le score est alors de 23-23 et l’ouvreur Tamura à l’occasion de donner 2 points d’avance à son équipe. Mais le Japonais manque la transformation et le score en restera là jusqu’à la fin de la rencontre.

Même si les équipes n’ont pas pu se départager au tableau d’affichage, les Japonais, 11e au classement IRB, ont donné une leçon de rugby à une équipe de France en manque total de repères et de confiance, classée 8e. Le Japon sera prêt pour sa coupe du monde en 2019.