Lundi, le maire de la ville de Nagoya, Takashi Kawamura, avait mis en doute les massacres commis en 1937 par l’armée japonaise dans la ville de Nanjing.

Ces propos ont été tenus lors de la visite d’une délégation officielle du parti communiste chinois venant de Nanjing. Kawamura s’est ainsi montré sceptique quant aux accusations chinoises en indiquant qu’il pensait que seuls des actes de guerre conventionnels avaient eu lieu dans l’ancienne capitale. Mercredi, il a également déclaré: «Je n’ai pas l’intention de retirer mes propos ni de m’excuser».

De son côté, la ville de Nanjing a décidé de suspendre ses relations avec Nagoya alors que ces 2 villes sont jumelées depuis décembre 1978. De plus, Pékin a émis une protestation solennelle auprès du Japon et a également indiqué qu’il existait des preuves solides du massacre.

Nanjing est tombée aux mains de l’armée japonaise le 13 décembre 1937. Celle-ci aurait alors massacré 300 000 militaires et civils selon Pékin tandis que les historiens japonais annoncent entre 10 000 et 200 000 victimes.

Cet incident survient lors de l’année célébrant les 40 ans de la normalisation des relations diplomatiques entre les 2 pays. Les festivités ont par ailleurs commencé jeudi dernier à Pékin. Les AKB48 devraient participer aux cérémonies avec un show à Shanghai dimanche prochain. Le groupe sœur, SKE48 originaire de Nagoya, devait à cette occasion visiter la ville de Nanjing mais cette visite est maintenant incertaine.

Pierre-Etienne De Lazzer – sources: The Japan Times, Romandie News
close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentUne décision de l’Agence de la sûreté nucléaire controversée
Article suivantDocomo lance les messages vocaux d’urgences

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.