Quotidiennement, notre équipe sélectionne et trie toute l'actualité du Japon afin de vous livrer l'essentiel de l'information japonaise. Nos revues de presse sont composées de quatre à cinq sujets, principalement axés sur la politique, l'économie, la société ou encore les faits divers, puis un dernier plus léger pour vous faire découvrir un autre regard de l'Archipel.

Cette revue de presse est offerte avec les abonnements à Japon infos et sera inaccessible prochainement pour les non-abonnés.

Dans cette revue de presse du jeudi 2 août 2018, nous aborderons : la proposition du parti libéral démocrate pour la réorganisation des ministères, l’affaire de viol dans une école élémentaire à Chiba, les révélations sur les quotas de femmes à l’université de médecine de Tôkyô ainsi que la technique d’un homme pour attirer les femmes.

Une réforme des ministères annoncée ce jeudi

C’est la première fois depuis 2001 qu’une volonté de restructuration des ministères est annoncée : le parti libéral démocrate de Shinzô Abe a déclaré ce jeudi vouloir revoir le fonctionnement de 13 ministères et organismes considérés comme inaptes à bien répondre aux changements des situations sociales et économiques et à s’adapter aux besoins contemporains. Un des gros changements de cette réforme pourrait être le fractionnement du ministère de la Santé, du Travail et « du bien-être ».

Un enseignant accusé de viol sur une fille mineure

Wataru Yagi, un enseignant âgé de 34 ans en activité dans une école du quartier de Chuo de la ville de Chiba (dans le département éponyme) a été arrêté ce mercredi dans une affaire de viol d’une fillette âgée de moins de 13 ans. L’enquête a débuté lorsque la mère a immédiatement appelé les forces de l’ordre après les révélations de sa fille. Après plusieurs jours d’une enquête maintenue secrète par la police (anonymat de la victime), suffisamment de preuves auraient été regroupées pour arrêter l’instituteur.

L’université médicale de Tôkyô baisse volontairement le nombre de femmes

Selon des sources du quotidien Asahi Shimbun, les responsables de l’université de médecine de Tôkyô ont volontairement réduit les notes des candidatures féminines afin de baisser le pourcentage d’étudiantes, estimant que les femmes ne sont pas assez fiables pour devenir médecin. Déjà impliquée dans l’affaire de corruption avec un ancien haut fonctionnaire du ministère du travail, l’institution maintiendrait le ratio de femmes en dessous de 30% pour faire face à la pénurie de médecin, les hommes ne « quittant pas leur études pour aller s’occuper des enfants ».

Il drague les femmes grâce à des faux billets

Le gôkon est un événement plutôt ordinaire au Japon. Sa traduction pourrait se rapprocher du group dating et sa définition d’une soirée où tous les participants sont célibataires. Généralement organisée par un homme et une femme qui chacun invitent leurs amis, la séduction n’opère pas malheureusement forcément à chaque fois. C’était le cas de l’utilisateur japonais de Twitter @_DNxKY_ qui a mis au point une technique plutôt tordue : au moment de payer l’addition dans un bar après le gôkon, il ouvre son portefeuille pour laisser apparaître de faux billets affichant des gros montants, et ainsi impressionner les femmes qui la plupart du temps semblent comme attirées instantanément par l’homme.

 

 

Quotidiennement, notre équipe sélectionne et trie toute l'actualité du Japon afin de vous livrer l'essentiel de l'information japonaise. Nos revues de presse sont composées de quatre à cinq sujets, principalement axés sur la politique, l'économie, la société ou encore les faits divers, puis un dernier plus léger pour vous faire découvrir un autre regard de l'Archipel.

Cette revue de presse est offerte avec les abonnements à Japon infos et sera inaccessible prochainement pour les non-abonnés.