Le nouveau ministre des Affaires étrangères, Tarô Kôno, a fait ses débuts sur la scène mondiale – avec sa maîtrise de l’anglais exposée – lors d’une série de réunions de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est à Manille.

Kôno, diplômé de l’Université de Georgetown à Washington, a parlé anglais dans tous les rassemblements multilatéraux auxquels il a assisté, a déclaré un responsable du gouvernement, un choix rare pour les ministres japonais des Affaires étrangères. C’est une qualité perçue par les représentants comme « significative » pour Kôno, qui a assumé son poste jeudi dernier, pour créer des relations de confiance avec ses homologues en communiquant avec eux en anglais.

« J’ai succédé à mon prédécesseur, M. Fumio Kishida. Il a été ministre des Affaires étrangères pendant quatre ans et huit mois. C’est ma cinquième journée. Permettez-moi d’être un peu nerveux », a déclaré Kôno à la conférence de presse en anglais, provoquant les rires des journalistes. Kishida a exercé la deuxième plus longue période en tant que ministre des Affaires étrangères depuis l’après-guerre. Cependant, Kôno se réfère à un interprète quand il  s’agit de traiter des questions épineuses notamment les litigieuses tels que la Corée du Nord.