CNRS éditions vous propose un nouvel ouvrage : « Clemenceau ou la tentation du Japon », écrit par Matthieu Séguéla. L’auteur nous invite à découvrir ce Clemenceau méconnu, artisan du dialogue entre les cultures européenne et asiatique.

CNRS éditions - DR
CNRS éditions – DR

Parlementaire pendant trois décennies, deux fois Président du Conseil, champion de la laïcité et du dreyfusisme, légende vivante d’une France victorieuse en 1918 … On croyait tout savoir de Georges Clemenceau.

Il manque pourtant une facette à cet homme exceptionnel : celle de l’orientaliste habité par la tentation du Japon et d’un esprit ouvert aux autres cultures, fasciné par la philosophie et l’esthétique des civilisations extrême- orientales. C’est ce Clemenceau méconnu, passionné par l’Inde et la Chine, féru de littérature japonaise, excellent connaisseur du bouddhisme, que nous invite à découvrir Matthieu Séguéla dans cette belle étude nourrie d’archives inédites.

Une passion qui remonte aux années 1860 lorsque Clemenceau se lie d’amitié avec Sai on ji Kinmochi, à l’époque étudiant à Paris et qui deviendra l’un des grands dirigeants du japon. Ce pays dont le Français a toujours admiré la modernisation et la démocratisation sous l’ère Meiji et Taishô. Alors que le Japon préserve son indépendance, l’anticolonialisme et l’anti-impérialisme de Clemenceau se renforcent lors de la conquête du Tonkin, des guerres franco-chinoises (1883-1885) et de la répression de la révolte des Boxers (1900-1901 ).

En politique comme en journalisme et en littérature, l’universalisme des principes du « Tigre » s’enrichit d’un asiatisme original, compris comme une idéologie favorable à l’Extrême-Orient. Artisan du dialogue entre les cultures, Clemenceau fut aussi un collectionneur avisé d’art japonais. En 1901 il écrit même « Le Voile du Bonheur », une pièce de théâtre dont l’inspiration est chinoise. Et c’est à l’âge de 79 ans que le « Père la Victoire » entreprend un voyage au long cours qui le conduira aux confins de l’Asie, des Indes anglaises et néerlandaises à Ceylan, de la Birmanie aux Sultanats de Malaisie et à Singapour…

L’auteur

Professeur au lycée international de Tôkyô, docteur en histoire (Sciences Po Paris), Matthieu Séguéla a reçu le prix Shibusawa Claudel pour sa thèse « Georges Clemenceau et l’Extrême-Orient », soutenue en 2011. Il est l’un des commissaires de l’exposition Clemenceau, le Tigre et l’Asie qui aura lieu au musée Guimet du 12 mars au 16 juin 2014.

Pour plus d’informations :

  • « Clemenceau ou la tentation du Japon » de Matthieu Séguéla.
  • CNRS éditions
  • Parution : 6 février 2014
  • Format : 15 x 23 cm 
  • Prix : 25€ 
  • Nombre de pages : 480 
  • Avec cahier photos : 8 pages 
  • ISBN: 97B·2·271·07BB4·1
  • Exposition au musée Guimet du 12 mars au 16 juin 2014 : Clemenceau, le Tigre et l’Asie.
  • Pour commander le livre sur Amazon
close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentDeux nouvelles médailles ce week-end aux Jeux Olympiques de Sochi
Article suivantÉtats-Unis, des armes nucléaires en cas d’urgence au Japon 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.