Le gouvernement Abe prévoit la révision de plusieurs lois afin de permettre au Japon d’intervenir militairement sur la scène internationale.

Le JS Hyuga, Destroyer porte-hélicoptère, dans les eaux du Pacifique (© Reann S. Mommsen, U.S. Navy)
Le JS Hyuga, Destroyer porte-hélicoptère, dans les eaux du Pacifique (© Reann S. Mommsen, U.S. Navy)

Une assemblée extraordinaire de la Diète est prévue en automne, l’un des thèmes majeurs sera la sécurité, et plus particulièrement à l’international. Shinzô Abe et son gouvernement vont travailler sur la révision de plusieurs lois afin de permettre au Japon d’exercer un droit de défense collective. En d’autres mots, l’armée japonaise pourra intervenir militairement si elle juge qu’un pays allié est menacé. Chose qu’elle ne peut pas faire actuellement à cause, entre autres, de l’article 9 de la Constitution.

Le Premier ministre a, lors d’une assemblée à la Diète, présenté des exemples de cas où le droit de défense collective pourrait être exercé. Parmi ces situations, il envisage par exemple : l’interception de missiles balistiques lancés vers les États-Unis, ou le déploiement des forces maritimes d’autodéfense si l’allié américain était attaqué en zone d’eau libre. De façon plus large, cela permettra aussi au Japon d’utiliser des armes pour soutenir ses alliés de l’ONU.

Pour mener à bien son plan, le Premier ministre prévoit un remaniement de son gouvernement afin de limiter les risques de désaccords. Car en 2012, après sa réélection à la tête du Parti Libéral Démocrate (PLD), il avait nommé à des postes importants quelques uns de ses rivaux à la présidence du parti. Ce remaniement a donc pour but de consolider les bases pour entreprendre ces ambitieuses révisions.

D’ici la fin d’année, le Japon et les États-Unis devraient revoir ensemble certains points de leur coopération militaire. Gageons que ce nouveau droit que cherche à acquérir le Abe aura une influence importante sur les stratégies militaires américaines et japonaises.

 Daï Kaho – sources : The Japan Times, The Asahi Shimbun

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentConférence : Reconstruire le Japon grâce à l’entrepreneuriat
Article suivantUn livre photo culturel sur le quartier de Yanaka

7 Commentaires

  1. Sale temps pour faire sortir les colombes. Le monde en paix n’est qu’une illusion pour les bisounours, il y a toujours des conflits souvent loin, parfois proches. Le Japon a raison de se réarmer et de virer le plus tot possible cette lanterne d’article 9.

    • Ca leur permettra de prendre leur responsabilité et de se désengager (un peu) du parapluie américain. Les japonais devrait avoir le droit comme tout les pays. de participer à la lutte contre la piraterie au large de la Somalie (en protégeant tous les bateaux et pas que les japonais) et ne plus être stoppé dans leur mission de ravitaillement des forces de l’ONU sur la plateau du Golan à cause de la guerre civile en Syrie.

      Il y 2 ans, un animé avait eu un petit succès (Girl and panzer, titre reflétant bien le niveau intellectuel de la série), l’héroïne avait rejoint un lycée parce qu’il n’avait pas de club de combat de char, sauf que pour continuer à exister, le lycée doit créer ce club. (Japon pas guerre, sauf que pour continuer à exister sur le plan international, il doit s’autoriser à faire la guerre). À un moment, une des fans de militaire (les seuls à se réjouir de la création du club), en tenue de la Wehrmacht, dit qu’elle aurait voulu repeindre son char dans les couleurs de l’Afrika Corp, troupe dirigé par Rommel, qui n’était pas un génie militaire, mais était proche de ses hommes en première ligne et reconnue comme un bon militaire. pour cela. Rommel a été suicidé par les hommes d’Hitler parce qu’au courant d’un attentat contre ce dernier, il n’avait voulu ni rejoindre ceux qui voulait tuer Hitler, ni les dénoncer.

      J’y verrais la morale pour les militaires que si ils ne s’occupent pas de politique, les politiques s’occuperont d’eux et les méneront à leur perte.

      par méconnaissance de l’histoire shogunal, je pense tout de même avoir loupé nombre de référence dans la série animée.

    • http://www.dailymotion.com/video/xeazmq_le-mythe-rommel-1_webcam

      Dans les premières minutes, il est bien décrit comme un officier comme les autres, pas un génie, avec un gros défaut, c’est d’être bien en première ligne, l’empêchant d’avoir une vue d’ensemble donc oui, au milieu de ses hommes (enfin, ceux qui n’ont pas fui son caractère colérique).

      Je note partie 2, minutes 7,15 le témoignage de Heinz-Werner Schmidt, officier d’ordonnance de Rommel : un « tempérament audacieux reconnue par les soldats qui l’avaient souvent vu en première ligne ».

      Partie 2 minute 10.17 Lord Michael Corver, officier d’état major britannique en Afrique : Lors de la percée des forces vers Tobrouk, « tout le monde pensait que c’était un type remarquable, avec sa victoire en mai, on s’entait qu’on avait à faire à un brillant officier, mais je n’ai pas le souvenir qu’on en ai parlé comme d’un enfant prodigue ».

      Partie 4 minute 14,24, Hellmutt Von Leipzig, son chauffeur (qui le considérait comme un modèle): « il était capable (…) de faire marcher les autres (…) de les entraîner.

      C’est bien jolie de dire qu’il y a des symboles allemands de la seconde guerre mondiale dans le milieu otaku pour faire peur et dire que les mangas et les animes, c’est pas bien, sauf que quand on s’aperçoit qu’il y a une mémoire d’un militaire qui n’a pas commis de crime de guerre, ni de crime contre l’humanité, ni d’antisémitisme, et capable de désobéir à Hitler pour sauver ses hommes (en totale contradiction de la mentalité japonaise de la seconde guerre mondiale), ça ne donne pas envie de prendre ceux qui lissent des livres soit disant bien documenté au sérieux.

      • C’est sur, un documentaire d’Arte c’est du sérieux et le coté démystificateur plait encore plus, de plus le National Socialisme et ses crimes est un sacré filon pour tout bon historien télégénique et bien pensant.
        Il y a une difference entre faire de Rommel un genie et dire qu’il n’était qu’un bon militaire parmi d’autres. Rommel n’était pas un génie de la stratégie militaire ( la-dessus je suis d’accord), il s’est souvent trompé et a eu aussi un part de chance mais il faut être plus qu’un bon militaire pour avoir tenu en échec avec un sous effectif pendant presque 2 ans les forces alliées, à moins que Montgomery et Alexander ne fussent de gros nuls.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.