Dans le dernier film de Hirokazu Koreeda, Après la tempête (2016), c’est un cyclone tropical qui permet à un père, divorcé et à la dérive, de se rapprocher de son fils et de son ex-femme puis d’accepter leur situation. Si ce phénomène naturel – appelé « typhon » dans le Pacifique du nord-ouest – a de tels aspects positifs, comme l’apport en eau lors de période de sécheresse également, il engendre souvent des dégâts. Chaque année, en moyenne, le Japon en voit arriver 11 à proximité de ses côtes et est traversé par 3 d’entre eux. Les départements les plus souvent touchés sont Kagoshima (Kyûshû), puis Kôchi (Shikoku) et Wakayama (Honshû). Les typhons sont donc fréquents, surtout aux mois d’août et septembre, mais l’année 2016 se distingue des années normales. Pourquoi ? Comment les Japonais vivent avec cette menace ? Analyse.

Cet article est réservé aux abonnés de Japoninfos.
Il vous reste 75% de l'article à lire. Pour le découvrir en entier abonnez-vous au CLUB japoninfos.

Par Jean-François Heimburger, journaliste