Le Japon s’inspire d’une méthode développée par un gériatre français, appelée « l’humanitude », qui consiste à développer des relations positives avec les personnes atteintes de démence. Une pratique que le Japon utilise depuis 2012. 

La mise en pratique de « l’humanitude » pendant la dispense de soins, consiste à adapter son comportement au patient. L’aspect de l’humain est primordial, le patient reste une personne à part entière. Les actes et les paroles doivent être doux et tendres, le contact doit passer autant par le regard que la parole ou le toucher. Elle a été développée par un gériatre français, Lucien Mias, qui s’est inspiré de ce qu’avait réalisé son créateur, Freddy Klopfenstein.

Les Japonais se servent de cette méthode depuis 2012, notamment sur les patients atteints de démence. Les résultats sont positifs, ceux ne voulant plus être pris en charge par un personnel soignant, accordent aujourd’hui leur confiance. Les relations entre patients et infirmiers se sont nettement améliorées et permet de diminuer le stress au travail vécu par la profession des infirmiers.