D’après le Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, la situation des sans domicile fixe au Japon semble légèrement s’améliorer avec une baisse de 701 sans-abris entre janvier 2016 et janvier 2017, faisant descendre les chiffres à 5 534 personnes vivant toujours dans la rue.

Parmi ces 5 534 personnes, 5 168 représentent des hommes, 196 des femmes et 170 n’ont pas indiqué leur sexe. Avec 1 397 sans-abris recensés, c’est sans surprise la préfecture comprenant Tôkyô, qui regroupe le plus de SDF, suivi par Ôsaka et ses environs avec 1 303 personnes et Kanagawa, avec 1 061. Cette légère amélioration serait due aux actions mises en place par le gouvernement japonais afin de réduire le nombre de sans-abris dans le pays. Toutefois, l’enquête ne semble pas indiquer si ces personnes sont sorties totalement de la précarité ou si elles ont simplement réussi à trouver un toit.

Pour ces recherches, les autorités gouvernementales ont rescensés les personnes vivant dans les parcs, dans la rue ou le long des rivières. Cependant, quatre villes et un village dans la préfecture de Fukushima, situés près de la centrale nucléaire de Fukushima n°1, n’ont pas été inclus dans l’enquête.