Le 7 janvier dernier, Soichiro Miyashita, maire de la ville de Mutsu, a déclaré que la mesure suggérée par Kansai Electric Power Co. concernant les combustibles nucléaires de trois de ses centrales « ne pourra jamais être autorisée ».

C’est en 2005 que le gouvernement de la ville de Mutsu, le gouvernement départemental d’Aomori, Tokyo Electronic Power Co. et Japan Atomic Power Co. ont conclu un accord sur la construction d’une installation de stockage intermédiaire dans la ville de Mutsu. Grâce à cela, les deux entreprises citées se sont vues obtenir le droit de stocker leurs combustibles nucléaires usagés dans cette installation, et ce, pendant 50 ans.

C’est sur ce point-là qu’intervient aujourd’hui Kansai Electric Power Co.

Alors que l’installation, débutée en 2010, n’est toujours pas terminée, le stockage du combustible usé n’est, lui, même pas commencé. Pourtant, Kansai Electric Power Co. se voit déjà octroyer le même droit que ses concurrents Tokyo Electric Power Co. et Japan Atomic Power Co. alors que l’entreprise ne fait même pas partie de l’accord passé en 2005.

Miyashita réagit à l’encontre des tentatives de Kansai Electric Power Co. de s’assurer un lieu sécurisé pour stocker ses combustibles usés.

En effet, le maire de Mutsu explique que « si le combustible nucléaire usé est autorisé à être stocké sans limitation, cela susciterait des inquiétudes parmi les résidents locaux ».