Dans la revue de presse de ce mardi 23 avril, nous aborderons : la perte de sièges du parti de Shinzô Abe à la Chambre basse de la Diète, puis les déclarations du Japon concernant les nouvelles sanctions sur l’Iran, et enfin l’alliance entre Toyota et la Chine afin de developper les véhicules à moteur à hydrogène.

Coup dur pour Abe après les élections 

Ce week-end, les Japonais se sont rendus aux urnes afin de procéder à l’élection de représentants locaux ainsi que deux parlementaires siégeant à Chambre des représentants du Japon, la Chambre basse du parlement japonais. Ces élections se placent sous le signe de la défaite pour le gouvernement. Dans un premier temps, le taux de participation est passé sous la barre des 50%, atteignant en moyenne 47,5%, tandis qu’il a chuté à 45,57% dans certaines villes, marquant un triste record. Dans un second temps, le parti de Shinzô Abe, le Parti Libéral Démocrate, a perdu les élections des deux sièges parlementaires en jeu. Les quotidiens japonais parlent de « victoire écrasante » pour Abe, alors que la dernière fois que le PLD n’a pas gagné les élections partielles nationales remonte à octobre 2009, ce qui n’a pas manqué d’inquiéter les cadres du parti alors que se préparent les élections de la Chambre haute qui auront lieux en juillet 2019. Enfin, beaucoup accusent le Premier ministre de camoufler ces mauvais résultats derrière la promotion des prochains événements diplomatiques, à savoir l’intronisation du nouvel empereur et la tenue du G20.

Pétrole : les sanctions sur l’Iran n’inquiètent pas le Japon

Hier, les États-Unis ont exigé que tous les pays important du pétrole iranien cessent de le faire d’ici le 1er mai, sous peine de sanctions. Cette mesure permettra selon Washington de faire pression sur l’Iran alors que ce dernier n’a cessé d’augmenter les prix de son pétrole. Si le Japon avait jusqu’alors obtenu des dérogations pour continuer à acheter du pétrole à l’Iran, ces dernières sont arrivées à expiration et ne seront pas renouvelées. 
Alors que le Japon est le quatrième importateur mondial de pétrole, on pourrait s’attendre à de mauvaises retombées pour le pays du Soleil-Levant. Cependant, le Japon à considérablement réduit la part iranienne de son approvisionnement pétrolier, qui représente aujourd’hui environ 3%. Hiroshige Sekô, le ministre japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, s’est voulu rassurant lors de sa dernière conférence de presse et a annoncé que, pour l’instant, le Japon ne prévoyait pas de puiser dans ses réserves nationales.

Toyota s’associe à un constructeur chinois 

Dans le but de se développer sur le plus gros marché automobile mondial, Toyota a choisi de s’allier au constructeur automobile chinois Beijing Automotive Group. C’est une première pour Toyota qui a pour ambition de developper son véhicule électrique à PAC (pile à combustible). Ces moteurs fonctionnent grâce à l’alimentation d’une pile par de l’électricité produite à partir d’hydrogène et d’oxygène. Très propres, ils rejettent seulement de la vapeur d’eau. La construction de ce type de véhicule est souvent encouragée, alors que les composants semblent beaucoup moins polluants que les voitures électriques à batterie classique. Le marché chinois intéresse donc beaucoup la firme japonaise, tandis que le pays enregistre des taux de pollution de l’air record.