Le Bon-Odori, c’est l’événement de l’été à ne pas manquer au Japon. Ce 5 août, plus de 30 000 personnes se sont réunis dans le quartier de Shibuya à Tôkyô pour prendre part à la traditionnelle danse japonaise bon-odori. De nombreux touristes se sont également joints aux festivités.

Il s’agit d’un art folklorique populaire, créé il y a environ 600 ans. C’est la fête des âmes appelée O-Bon (お盆). Bon (le placé devant le nom est un terme honorifique) ou urabon, traduction en japonais du terme sanscrit Ullamabana, signifiant « terrible affliction ». Pendant la période de O-bon, les gens dansent et font des offrandes pour permettre aux morts d’amoindrir la douleur de leurs âmes errantes. Les japonais pensent que pendant cette période les défunts reviennent à la vie.

Il existe 2 types différents de Bon-odori : la danse qui est traditionnelle Dentô-odori, et celle qui est plus récente (créée à l’après-guerre) Minyô-odori. La danse permet de créer une harmonie avec les âmes qui sont revenues sur terre. Lors du festival des danses folkloriques traditionnelles sont données pendant ces trois jours non fériés mais pour lesquels de nombreux japonais prennent des congés.