Dans la revue de presse du vendredi 8 juillet, nous aborderons : l’attaque perpétrée contre l’ex-premier ministre Shinzô Abe, la rencontre des ministres des Affaires étrangères au G20, et la surveillance du Japon par la Chine et la Russie.

Shinzô Abe victime d’une attaque

Ce vendredi, l’ancien Premier ministre Shinzô Abe, 67 ans, a été victime d’une attaque mortelle à l’arme à feu. Alors qu’il se trouvait à Nara pour soutenir le candidat du Parti libéral démocrate, dans le cadre de l’élection de la chambre des conseillers, un individu lui a tiré dessus. Au moment où il allait présenter le candidat, deux coups de feu ont été tirés dans le dos d’Abe. Après avoir été placé en arrêt cardiorespiratoire, il a été transporté à l’hôpital 15 minutes après l’incident. Le suspect, Tetsuya Yamagami, 41 ans, a été arrêté pour tentative de meurtre. En effet, il était en possession d’une arme près de la scène du crime. Il aurait été membre des Forces maritimes d’autodéfense jusqu’en 2005. Par ailleurs, il aurait déclaré : « Je n’avais aucune rancune contre l’ancien Premier ministre Abe pour ses convictions politiques ».

Rencontre des ministres des Affaires étrangères au G20

Les ministres des Affaires étrangères des pays du G20 se sont réunis pour discuter. Ils devraient aborder des sujets tels que la sécurité alimentaire mondiale et la flambée des prix de l’énergie. En outre, ils devraient aussi aborder le sujet de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À cette occasion, le ministre des Affaires étrangères Yoshimasa Hayashi devrait réitérer l’importance de l’État de droit, de la souveraineté et de l’intégrité territoriale. Il devrait aussi souligner les efforts du Japon comme la fourniture d’environ 200 millions d’euros d’aide alimentaire à l’Ukraine, au Moyen-Orient et à l’Afrique. Par ailleurs, Hayashi et d’autres responsables du G7 ne se sont pas rendus au dîner de bienvenue, car le ministre des Affaires étrangères russe s’y trouvait et qu’ils considéraient cela comme inapproprié.

Surveillance du Japon par la Russie et la Chine

Les responsables militaires chinois et russes auraient convenu de renforcer leurs activités de surveillance pour renforcer la dissuasion stratégique contre le Japon. Cependant, la Chine et la Russie ont décidé de ne pas effectuer de surveillance conjointe autour du Japon pour le moment. Ces accords auraient été conclus lors d’une réunion en ligne en juin entre de hauts responsables militaires des deux pays. Cette décision fait suite aux désaccords entre les deux pays et Tôkyô. En effet, la Chine et le Japon sont en désaccords quant au statut de Taïwan, que la Chine considère comme une province renégate à réunifier. La Russie, quant à elle, s’oppose aux sanctions économiques que le Japon fait peser sur elle.

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentNouveaux vaccins | Manifestation LGBTQ+ | Agression au couteau
Article suivantShinzô Abe, un homme politique de premier plan

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.