Shinzô Abe est né le 21 septembre 1954 à Tôkyô. Il est né dans une famille de grands politiciens. En effet, son grand-père, Nobusuke Kishi (1896-1987), et son grand-oncle, Eisaku Satō (1901-1975), ont tous deux été Premier ministre, respectivement de 1957 à 1960 et de 1964 à 1972. Son père, Shintarô Abe (1924-1991) a, quant à lui, été secrétaire général du Cabinet de 1977 à 1978 et ministre des Affaires étrangères de 1982 à 1986.

En 1987, il épouse Akie Matsuzaki. Ils n’auront pas d’enfant ensemble.

Entrée en politique

Shinzô Abe étudie les sciences politiques à l’université Seikei de Tôkyô, et obtient un diplôme, en 1977. Il part ensuite à Los Angeles pour continuer ses études, toujours dans le même domaine, à l’université de Californie du Sud. En 1979, il entre dans l’entreprise Kobe Steel où il restera 3 ans. Puis en 1982, il fait ses premiers pas en politique, il devient l’assistant de son père, le ministre des Affaires étrangères. En 1993, à l’âge de 38 ans, il devient pour la première fois membre de la chambre des représentants après son élection dans l’ancienne circonscription de Yamaguchi 1. À partir de 1996, il a été réélu pour huit mandats consécutifs dans la circonscription 4 de Yamaguchi. Après cela, en 2003, il devient secrétaire général du Parti libéral démocrate (PLD). Sa nomination à ce poste a été considérée comme une surprise, car il n’avait pas d’expérience préalable en tant que ministre ou à un autre poste clé du gouvernement.

Carrière en tant que Premier ministre

En 2006, il est élu président du PLD, le parti au pouvoir à cette époque. Il devient Premier ministre peu de temps après à l’âge de 52 ans. C’est le plus jeune Premier ministre au pouvoir depuis 1941. Cependant, il se voit obligé de démissionner seulement un an après son élection. En effet, il a avancé que son impopularité entravait l’adoption d’une loi antiterroriste, mais sa démission serait aussi liée à son mauvais état de santé. Effectivement, depuis l’adolescence, Shinzô Abe souffrait d’une maladie appelée la colite ulcéreuse. Après sa démission, Abe est resté à la Diète où il a été réélu lors des élections de 2009.

Abe est réélu président du PLD en 2012 et redevient Premier ministre peu après. Il y restera jusqu’en 2020, date à laquelle il démissionne pendant son quatrième mandat. En effet, du fait de sa maladie sa santé se détériore. Après plusieurs visites à l’hôpital, il décide de partir, car il ne se sent pas capable de mener à la fois ses devoirs en tant que Premier ministre et la gestion de sa maladie.

Shinzô Abe est le Premier ministre qui est resté le plus longtemps à la tête de l’État japonais.

Politiques

Abe est connu pour sa politique de revitalisation économique appelée Abenomics lancée en 2013. Cette politique est divisée en trois parties appelées « les trois flèches ». La première flèche était une expansion monétaire visant à atteindre un objectif d’inflation de 2 %. La deuxième était une politique budgétaire flexible pour agir comme un stimulus économique à court terme, puis dégager un excédent budgétaire. La troisième, quant à elle, était une stratégie de croissance axée sur les réformes structurelles et les investissements afin d’assurer une croissance à long terme.

Il est aussi connu pour avoir soutenu la réforme de l’article 9 de la constitution qui empêche le Japon de posséder une armée. En effet, il voulait donner plus de pouvoir et une légitimité aux forces d’auto-défense, mais il n’a pas réussi à aller au bout de son projet. Cependant, en 2015, il promulgue la loi sur la paix et la sécurité. Cette loi permet l’exercice du droit à l’autodéfense collective et étend le déploiement des forces d’autodéfense à l’étranger. Il a aussi considérablement augmenté le budget pour la défense.

Sur le plan diplomatique, il a souligné la nécessité d’une loi sur la sécurité, car le développement nucléaire de la Corée du Nord et l’expansion maritime de la Chine constituent des menaces sérieuses pour la sécurité du Japon. Par ailleurs, Abe voulait normaliser les relations avec la Corée du Nord et apaiser les tensions dans la péninsule coréenne. En effet, il était très impliqué dans l’affaire des enlèvements par la Corée du Nord et souhaitait vivement régler la question, mais à cause des tensions, il n’a pas pu y arriver. Il a aussi cherché à améliorer les relations du Japon avec la Chine, notamment en obtenant un appel téléphonique avec le dirigeant chinois Xi Jiping en 2018. Mais il a aussi maintenu des relations étroites avec Washington pendant la présidence de Trump.

En ce qui concerne l’éducation, son gouvernement a fait réviser la Loi fondamentale de l’éducation pour fixer le « patriotisme » comme objectif de l’éducation, en 2006.

Son gouvernement a aussi été critiqué pour la gestion de la crise du covid 19, qui a été considéré comme trop lente.

Décès

Shinzô Abe a été assassiné le 08 juillet 2022, par arme à feu, à Nara. Un homme lui a tiré dans le dos, alors qu’il était en train de faire un discours de soutien à un candidat du PLD pour l’élection de la chambre des conseillers.

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentDécès de Shinzô Abe | Rencontre au G20 | Surveillance en mer
Article suivantAnimations autour du saké à Machi ya

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.