Dans la revue de presse de ce vendredi 12 avril 2019, nous vous proposons un récapitulatif des nouvelles de la semaine concernant l’affaire Ghosn, puis nous aborderons les protestations du Japon contre l’OMC à propos du commerce maritime à Fukushima, et enfin le record du nombre de femmes fonctionnaires employées cette année.

Affaire Ghosn : les nouvelles de la semaine 

Cette semaine, l’affaire Ghosn a continué de faire couler de l’encre. Voici quelques extraits choisis.
Mercredi, le président du MEDEF, Geoffroy Roux de Bézieux, a déclaré sur CNEWS que le système judiciaire japonais était « absolument scandaleux ». Il a ajouté que cette affaire allait «dissuader beaucoup d’entreprises, beaucoup de patrons d’aller au Japon ».
Jeudi, la femme de Carlos Ghosn, Carole Ghosn, a été entendue par la police Japonaise. Elle a dû rentrer au Japon afin de procéder a son interrogatoire en tant que témoin, tandis qu’en fin de semaine dernière, elle était rentrée en France se sentant « en danger », notamment parce que la police japonaise avait confisqué l’un de ses passeports.
Enfin, la Cour de Tôkyô a annoncé aujourd’hui que la durée de la garde à vue de Carlos Ghosn serait prolongée jusqu’au lundi 22 avril, alors qu’elle devait prendre fin ce vendredi. La Cour n’a pas donné de détails sur les raisons de cette prolongation.

Le Japon proteste contre la décision de l’OMC en faveur de Séoul 

Hier, l’Organisation Mondiale du Commerce à invalidé une décision prise en février 2018 concernant les importations de produits de la mer depuis les côtes de la préfecture de Fukushima. Un groupe d’experts avait alors statué que le taux de radioactivité était faible et que les produits de la mer pourraient être exportés vers la Corée. Cette dernière avait interdit l’importation de tels produit provenant des prefectures nippones ayant été touchées par la catastrophe de Fukushima dès que celle-ci avait eu lieu, en mars 2011. Cependant, Séoul, qui avait fait appel de la decision du groupe d’experts, et a obtenu raison. Taro Kono, le ministre des Affaires Étrangères japonais, a déclaré que « Le Japon n’a désormais plus de recours si la Corée du Sud ne modifie pas sa politique». Il espère néanmoins que la situation change sous peu.

Record du nombre de femmes fonctionnaires

Ce vendredi, le Cabinet de Shinzô Abe à annoncé que le taux de recrutement de fonctionnaires féminins avait atteint un nouveau record pour cette année fiscale, avec 35,4%. Le dernier record établi était de 34,5%, et datait de l’année fiscale 2016. C’est la cinquième année consécutive que le Japon respecte le taux de 30% qu’il s’était fixé. C’est le ministère des Affaires Étrangères qui affichait la plus forte proportion de nouvelles recrues (50%), tandis que le ministère des Territoires arrivait bon dernier (25,7%). Le ministre chargé de la réforme de la fonction publique, Mitsuhiro Miyakoshi, a déclaré vouloir « poursuivre (ses) efforts pour augmenter le nombre de femmes recrutées ».