Mardi dernier, l’Empereur Akihito et sa femme, l’Impératrice Michiko sont sortis de leur Palais Impérial pour aller rendre visite à leurs ancêtres reposant au sanctuaire d’Ise. 

Kôtai-Jingû (Naikû) dans la ville D'Ise. Photo : N Yotarou, août 2006.
Kôtai-Jingû (Naikû) dans la ville D’Ise. Photo : N Yotarou, août 2006.

Ils sont venus rendre hommage au sanctuaire dont les structures en bois ont été reconstruites en Octobre dernier, suivant la tradition de refaire les fondations des sanctuaires, tous les 20 ans. C’est la 62e reconstruction du sanctuaire et cette cérémonie se nomme Shikinen Sengû.

Pour la première fois depuis 20 ans, le Couple Impérial a fait sortir du Palais Impérial deux des trois trésors sacrés de la famille : une épée et le joyaux impérial. Le troisième trésor est un miroir, étant resté dans le Sanctuaire d’Ise, mais il n’y eut pas besoin de le sortir.

Le sanctuaire d’Ise est un des plus anciens sanctuaires shintoïstes car on parlait déjà de ce sanctuaire dans le Kojiki (datant de 712). Il est composé de plusieurs bâtiments-sanctuaires dont les deux principaux sanctuaires le Gekû et le Naikû. Le Gekû ou Toyôke Daijingû est un sanctuaire d’extérieur dédié à la Déesse Toyôke, la Déesse des aliments, du commerce et de l’industrie. Quant au Naikû ou Kôtai Jingû, il est dédié à la Déesse Amaterasu, la Déesse du Soleil.

Mercredi dernier, après avoir été accueillis par le prêtre et avoir remercié les employés ayant travaillé pour reconstruire le sanctuaire, l’Empereur et l’Impératrice sont allés visiter ces nombreux bâtiments en commençant par le Gekû. Ils comptent bien continuer à visiter les sanctuaires afin d’honorer leurs ancêtres et la tradition du Shikinen Sengû.

Caroline – Source: The Japan Times, Wikipedia, NHK

close

Tous les jours recevez l'édition gratuite de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. L'édition gratuite vous offre un extrait de la revue de presse payante.

Synthétisée grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Article précédentParis : un séminaire sur la situation en Asie
Article suivantLyon : une formation diplômante Saké Sommelier

7 Commentaires

  1. il me semblait que l’épée s’était perdue dans la mer lors de la bataille de Dan-no-ura, mais qu’une réplique était conservée quelque part (au temple d’Atsuta à Nagoya) … et que seul le joyau était conservé au palais impérial de Tokyo

  2. « Le sanctuaire d’Ise est un des plus anciens sanctuaires shintoïstes car on parlait déjà de ce sanctuaire dans le Kojiki (datant de 712). »

    Le Kojiki n’est pas une référence historique valable. C’est une recueil de légendes.

        • De ce point de vue, je suis d’accord, mais si on connait l’existence de la Mer Rouge de nos jours et qu’elle est citée dans un recueil de légendes (la bible), n’est-ce pas une condition suffisante pour dire que la référence est valable?

          • Personne n’a construit la mer rouge. Il n’y a que la datation par les traces archéologiques qui peuvent prouver l’ancienneté d’un lieu ou d’une construction. Les textes des légendes sont remplis de passages écrits longtemps après les événement pour des raisons religieuses ou politiques.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.