Le nombre de fumeurs au Japon a chuté à moins de 20% de la population, un record selon une étude dévoilée mardi.

Cette chute appuie le plan du Ministre de la Santé d’interdiction de fumer dans les lieux publics. Le pourcentage de personnes disant fumer tous les jours a diminué pour les deux genres ; une baisse de 0,9 points pour les femmes, à 8,6%, et de 2,4 points pour les hommes, à 29,1%. Par tranche d’âge, les hommes ayant la trentaine sont les plus gros fumeurs avec un taux de 39,9%, et les femmes autour de 80 ans ont le taux le plus bas, à 1,7%.

Le Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a redoublé d’efforts pour adopter un projet de loi renforçant la législation japonaise concernant la cigarette, alors que le pays se prépare à accueillir en 2020 de nombreux visiteurs pour les Jeux olympiques et paralympiques de Tôkyô. En effet, fumer n’est pas interdit dans la plupart des bars, restaurants et cafés au Japon. Le gouvernement tire d’énormes revenus sur les taxes de cigarettes, et est donc réticent à légiférer contre celles-ci, alors qu’environ 140 000 Japonais meurent chaque année à cause de maladies liées au tabagisme. Les Jeux olympiques seront donc une bonne occasion de multiplier campagnes et législations contre la cigarette.