Dans la revue de presse de ce vendredi 24 mai, nous aborderons : les tensions entre la Corée du Sud et le Japon sur fond de conflit non résolu depuis la Seconde guerre mondiale, puis l’annonce de la visite d’Abe en Iran et enfin le prix record jamais atteint pour une vente de fruits.

Le Japon ne parvient pas à convaincre la Corée du Sud 

Depuis quelque temps, la tension monte entre le Japon et la Corée du Sud. En effet, la Corée du Sud demande au Japon des compensations financières pour les Coréens ayant été forcés de travailler lors l’occupation de la péninsule par le Japon. L’Archipel estime avoir remboursé sa dette, lorsqu’en 1965 il a versé une aide financière de 500 millions de dollars à la Corée du Sud. Afin de régler l’affaire, le Japon propose depuis le mois de février 2019 qu’il soit établi un groupe spécial d’arbitrage, impliquant un pays tiers, afin de résoudre le différend.
Les ministres des Affaires étrangères ont donc profité hier d’une réunion de l’OCDE à Paris pour se rencontrer et discuter de l’affaire. Cependant, la Corée s’est montrée peu collaborative, ce qui a laissé Tarô Kôno, le ministre japonais, très mécontent. Il a notamment déclaré que « si Séoul rejette la demande, le gouvernement japonais portera la question devant la Cour internationale de justice ». 

Abe envisage de se rendre à Téhéran 

Ce vendredi, le gouvernement a annoncé que le Premier ministre japonais envisageait de se rendre en Iran au mois de juin. Il devrait prendre sa décision finale lors de la rencontre prévue avec le présent américain, Donald Trump, qui doit arriver au Japon samedi. Aucun premier ministre ne s’était déplacé en Iran depuis le voyage de Takeo Fukuda, alors Premier ministre en 1978. En se présentant ainsi en tant que médiateur, Shinzô Abe espère profiter de la relation privilégiée que le Japon entretient avec l’Iran et les États-Unis pour apaiser les vives tensions entre les deux pays. En effet, au début du mois, Téhéran a annoncé qu’elle prévoyait de détenir plus d’uranium que ce que prévoit l’accord sur le nucléaire iranien signé en 2015.

Des fruits à prix record 

Certains fruits sont au Japon ont de véritables produits de luxe. Il est courant d’offrir des fruits premium en guise de cadeau dans le pays, tant les fruits sont sélectionnés pour être les plus parfaits possibles. Dans certains supermarchés, on peut trouver des fruits à 70€ pièce, mais ces fruits à offrir peuvent atteindre près de 200 euros dans les boutiques spécialisées. Les plus beaux d’entre eux sont vendus aux enchères et les prix peuvent vite s’envoler. Mais cette fois-ci, deux melons ont atteint le prix record de 5 millions de yens (soit plus de 40 000 euros) et ont battu le précédent record établi à 3,2 millions. Récoltés dans la ville de Yubari sur l’île de Hokkaidô, les deux fruits seront même exposés quelques jours au public afin d’y être admirés.