Soupçonnée d’employer des écolières à des fins de prostitution, la police métropolitaine de Tôkyô a démantelé un salon spécialisé dans le quartier de Taitô.

La police a arrêté un homme de 19 ans, le gérant du salon GU Exploration Party accusé d’avoir envoyé, ce vendredi 23 juin, une jeune fille âgée de 16 ans, accomplir des actes jugés obscènes avec un homme âgé de 20 ans dans une chambre pour séjours de courte durée. Le responsable nie les faits. GU Exploration Party opère dans un appartement près de la station JR Okachimachi. D’après leur compte Twitter, le salon emploie 25 filles. Comme le nom du salon l’indique, les clients prennent visiblement une osampo, ou une promenade, en compagnie de jeunes femmes à des tarifs qui débutent à 6 000 yens les 30 premières minutes.

Les accusations ont fait surface lorsqu’un employé a révélé à la police en mai que les promenades se terminaient souvent par la prestation d’honban, ou rapport sexuel. Un menu, non officiel, liste la prestation sexuelle à 30 000 yens, a indiqué la police. Au moment de l’arrestation du gérant, ce mardi, la police a trouvé en sa possession un manuel. Celui-ci contient un ensemble d’indication à destination des filles « employées » afin d’échapper aux au yeux de la loi. Une fille se devait, entre autres, d’expliquer à la police en cas d’interrogatoire qu’elle accompagnait simplement un client. Regroupé sous la désignation « JK » (abréviation de joshi kôsei, écolière), le GU Exploration Party est l’un des nombreux lieux de ce genre dans la capitale, perçu comme un foyer de la prostitution enfantine. Dans le but d’empêcher les jeunes de participer à ces activités criminelles, une nouvelle ordonnance de Tôkyô, qui a pris effet le 1er juillet, limite l’emploi de personnes de moins de 18 ans dans certaines entreprises de services. Ce décret est le premier de son genre à être promulgué à travers le pays.