L’affaire Li Chunguang (suite) : transfert du dossier au parquet

Le premier secrétaire de l’ambassade de Chine à Tôkyô, M. Li Chunguang, est fortement suspecté d’avoir tenté d’obtenir frauduleusement des informations concernant des technologies de défense japonaises (voir nos articles du 30 mai 2012 et du 14 juin 2012).

Le diplomate est retourné en Chine le 23 mai dernier peu de temps après avoir été contacté par la préfecture de Police de Tôkyô pour interrogatoire.

Depuis le début de l’enquête la police tôkyôïte, qui a interrogé un grand nombre de témoins, a découvert des objectifs peu avouables du diplomates (ses bénéfices personnels) et une tentative de placement d’entreprises stratégiques sous l’influence des services de renseignement chinois. Sur les comptes bancaires du diplomate des transferts monétaires douteux ont été constatés par les enquêteurs.

Le Parquet est officiellement saisi.

Rémy Valat – source : The Daily Yomiuri Shinbun, édition du 2 juin 2012