David Kaye, expert de l’ONU sur les questions de promotion et de défense de la liberté d’expression et d’opinion, prépare un rapport sur le Japon qui a pour visée de dénoncer de manière probante l’ingérence du gouvernement nippon dans le travail des médias japonais.

David-Kaye-Mesfin-Negash-congrès-afrique
David Kaye aux côtés de Mesfin Negash, lors d’un congrès au sujet de l’utilisation abusive des lois anti-terroristes en Afrique. ( © Maina Kiai – flickr )

Un rapport officiel de David Kaye, traitant du respect de la liberté d’expression et d’opinion au Japon, doit être remis en 2017 au Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies. Après plusieurs semaines d’investigation, le constat de l’expert semble déjà être alarmant.

Il est en effet fréquent de lire les propos de journalistes étrangers dénonçant certaines pratiques abusives du gouvernement qui briment l’indépendance des journalistes nippons. Kaye pourra user de l’influence de l’ONU pour tenter de mettre au jour explicitement ces empiétements. C’est là tout l’intérêt de son travail.

A l’occasion d’une conférence de presse au Club des correspondants étrangers de Tōkyō, l’expert des Nations Unies a soulevé les points qui à son sens vont le plus à l’encontre du respect de la liberté d’expression.

Il a par exemple mentionné les défaillances de la loi sur l’audiovisuel public, qui permettent notamment au gouvernement de modifier certains contenus télévisés diffusant un message politique déviant et ce dans la légalité la plus totale. (On est d’ailleurs en droit de se demander si cette loi respecte les articles 19 et 21 de la Constitution d’après-guerre sur les libertés d’expression et d’opinion.)
Pour David Kaye, le gouvernement ne devrait en aucune façon intervenir de la sorte sur les programmes, ni employer ces mesures législatives comme moyen de pression.

Les controversés Kisha Club ont également été abordés lors de la conférence de presse. Ces « clubs de journalistes » sont formés par des organisations gouvernementales et offrent à leurs membres un accès privilégié aux informations émanant des instances de pouvoir. Il y a donc une connivence anormale entre les journalistes de ces Kisha Club et le pouvoir exécutif au Japon.
De plus, il faut savoir que les journalistes sélectionnés sont triés suivant leurs opinions et la ligne éditoriale du média auquel ils sont rattachés.  Les correspondants étrangers et les journalistes d’opposition ont donc bien des difficultés à s’immiscer dans ces groupes. Le traitement de l’actualité s’en trouve alors parfois biaisé.

David Kaye milite pour la suppression radicale des Kisha Club afin de redonner plus d’indépendance aux journalistes nippons. Il insiste sur le fait que « le rôle des médias n’est  pas de recopier les propos du gouvernement comme un scribe […] mais de remettre en question sa politique, ses conclusions.»

Pour conclure, l’expert des Nations Unies a tenu à insister sur le fait que le tableau n’est évidemment pas entièrement noir. Par exemple, Internet reste encore un espace de liberté respecté.

Hugo Pelet – Source : The Japan Times

close

Tous les jours gratuitement votre concentré de l'actualité japonaise par e-mail!

L'essentiel de l'actualité japonaise quotidienne dans votre boîte e-mail. Synthétisé grâce au travail de la rédaction de Japon infos, 100% indépendant, garantie sans fakenews, gagner du temps et ne cherchez plus ailleurs!

Toutes les infos de la journée sur l'Archipel seront dans votre boîte-aux-lettres, devenez le premier sur les news du Japon!

Nous gardons vos données privées et ne les partageons qu’avec les tierces parties qui rendent ce service possible. Lire notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.