Après l’annonce du démantèlement de cinq réacteurs dans quatre centrales nucléaires japonaises, le problème de savoir quoi faire des 26 820 tonnes de déchets radioactifs qui en découlent se pose.

En réponse, il semble que les exploitants des différentes centrales n’aient pas encore trouvé de sites d’élimination, tandis que les gouvernements locaux restent peu enclins à  stocker les déchets sur leurs territoires. Les services publics devraient être en charge de sécuriser les sites d’élimination des déchets.

Le démantèlement devrait se terminer entre 2039 et 2045 pour un coût total de 178,9 milliards de yens (environ 1 million 525 mille euros), selon les services publics. En plus des 26 820 tonnes de déchets radioactifs, 40 300 tonnes de matériaux de construction s’ajouteront. Ils seront traités comme déchets non radioactifs, en raison des doses de rayonnement jugées inférieures à la limite de sécurité du gouvernement.